La Miellerie d'Aure est née en 2010.

Le siège d’exploitation de la miellerie se situe en haute Vallée d’Aure à Aragnouet, dernier village sur le versant français des Pyrénées.

 

A cet endroit, la Vallée se resserre et l’environnement devient véritablement montagnard et majestueux… Réserve nationale du Néouvielle, Parc National des Pyrénées, Pics de Bern, d’Arrouye, du Bugatet, d’Estaragne ou encore du Campbieil (3173m) : tels sont quelques uns des prestigieux voisins qui entourent notre petite exploitation !


La miellerie - Photo prise durant l'hiver 2014-2015
La miellerie - Photo prise durant l'hiver 2014-2015

 

 

Les ruches de la Miellerie d’Aure sont quant à elles réparties sur une dizaine de ruchers, tous situés en haute Vallée d’Aure et à proximité de Saint-Lary-Soulan, dans les villages suivants : Arreau, Ancizan, Guchen, Vielle Aure, Sailhan, Estensan, Cadeilhan-Trachères, Tramezaïgues et Aragnouet.

 

Notre rucher le plus bas en altitude (800m) se situe sur le mont d’Arreau, sur une colline exposée au sud qui surplombe le village, au milieu d’une flore variée composée notamment de genêts, ronce, origan, cirse laineux, germandrée scorodoine, centaurée des prés, salicaire ou encore bruyère callune.

 

Sur les ruchers situés à des altitudes intermédiaires (Aragnouet – Fabian ou Le Plan), ce sont des fleurs comme l’asphodèle, le thym, l’origan, le sédum, l’ononis, l’eupatoire ou la sarriette des montagnes qui font le délice de nos amies ailées. Un arbre mellifère, le tilleul, leur fournit un complément appréciable durant l’été (mais il ne dépasse pas l’altitude de 1200m).

 

Enfin, les ruchers les plus hauts (1800m et au delà) se situent dans le Massif du Néouvielle et en Vallée du Badet, à proximité de la crête frontière et de ses hauts sommets. Dans un environnement privilégié entre tous, les abeilles y butinent une flore d’une variété extraordinaire : rhododendron ferrugineux, serpolet, jasione, framboisier sauvage, géranium des forêts, séneçon des Pyrénées, chardon fausse carline, épilobe et valériane des Pyrénées, pour ne citer que quelques exemples. Mais la production apicole à cette altitude a un prix : au moindre aléa météorologique, les colonies d’abeilles peuvent être mises en difficulté, et il ne saurait donc être question de les mettre en danger en prélevant trop de miel. En conséquence, nos rendements sont encore plus limités sur ces ruchers que sur les autres, et ils ont même été proches de 0 durant l’été 2011.

 

Nous ne connaissons pas d’autre apiculteur, professionnel comme amateur, qui produise du miel à ces altitudes.

Miel bio Pyréneés
Le Rucher du Badet à 1800m d'altitude, entre crépuscule et mer de nuages.